La restauration des vitraux de Sainte-Croix à Montélimar (3/4)


Seconde partie des travaux de restauration des vitraux de Sainte Croix : un panneau à restaurer en haut de la baie n°1 et situé à une quinzaine de mètre de hauteur

Après une présentation de l'église Sainte-Croix (1er volet - L'histoire de Sainte-Croix) et la description de la première partie du chantier (2ème volet - Le grand nettoyage), voici le troisième volet de la série des 4 articles consacrés aux travaux de restauration que j'ai effectué.

L'échafaudage dans l'église Sainte-Croix


Vu d’en bas, difficile d’évaluer la charge de travail. À priori, pas de pièces cassées sur toute la hauteur mais l’un des panneaux paraît être bien détérioré. Il est situé tout en haut sur la partie droite de l’arc brisé de la lancette (la pointe de la baie). Les peintures semblent être effacées et visuellement une zone claire apparait sur une large partie de la surface. Sur certains vitraux en effet, les pièces peintes résistent mal à l’épreuve du temps : grisailles et émaux peuvent s’effacer. C’est ce qui semble être le cas pour cette partie du vitrail. Pour la dépose du panneau et compte tenu de la hauteur, impossible d’y accéder sans la pose d’un échafaudage sécurisé et mis en place par des professionnels chevronnés.

Vue du haut de l'échafaudage

Surprise! Une fois monté tout en haut de l’échafaudage et face au panneau endommagé, j’ai pu enfin comprendre pourquoi cette partie du vitrail semblait être effacée. Des pièces sont manquantes. Et en remplacement des pièces absentes, une grossière reproduction des motifs a été faite sur la vitre de protection de la baie.


L'ancienne 'restauration' vue de près


Les traits ont probablement été peints avec une peinture sur verre à froid. Je ne peux pas savoir ce qui s’est passé : peut-être qu’en posant le panneau, les ouvriers ont détériorés le vitrail. Ils ont peint sur la vitre arrière les motifs en pensant que vu d’en bas, les fidèles n’y verraient que du feu. Mais peut-être aussi que le vitrail a été endommagé par un projectile, et ‘restauré’ à la va-vite. Je ne saurai jamais.

Toujours est-il qu’à la vue de cette peinture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la restauration en Espagne du portrait Christ par la fidèle Cecilia Giménez. Cela m’a beaucoup amusé mais aussi donné un peu plus de travail. Il m’a fallu effacer les restes de peintures écaillées et nettoyer la vitre!


Nettoyage de la vitre de protection


La dépose du panneau a été laborieuse. Les plombs sont probablement d’origine et n’ont jamais été changé depuis l’installation du vitrail, à la fin du 19ème siècle. Avec le temps, ils s’oxydent et se détériorent : ils deviennent mous, s’affinent et se fendent. Le vitrail est ainsi fragilisé. Et pour des vitraux d’extérieur, soumis aux intempéries et aux changements de température, les plombs doivent être changés tous les 50 à 70 ans. La manipulation du panneau a donc été faite avec douceur et délicatesse, tout comme la descente des 6 plateformes de l’échafaudage.

Plus de travail que prévu...

Au-delà des pièces manquantes et remplacées par la peinture sur la vitre arrière, bon nombre de pièces peintes et non peintes étaient fendues et cassées. Difficile vu d’en bas et à une vingtaine de mètres de distance, d’établir un diagnostique précis du travail à effectuer. Dans le devis, 25 pièces devaient être changées : au final, ça n’est pas moins de 57 pièces que j’ai du refaire. La reproduction des pièces manquantes sans modèle car uniques a été une difficulté supplémentaire. En effet, la particularité de ce panneau est qu’il est situé à l’extrémité d’une lancette se terminant donc en arc brisé. De ce fait, il est composé de pièces anamorphosées, c’est-à-dire présentant une déformation particulière des formes et des motifs. Sans pièce d’origine, il a été difficile de reproduire à l’identique les verres manquants. Pour cela, j’ai dû faire une empreinte du panneau mitoyen. Sur une feuille de calque posée sur le panneau de gauche, j’ai reproduit le réseau de plomb et les motifs. Cette feuille, une fois retournée, m’a servi de base pour faire un tracé sur mon carton.

Le déplombage et le nettoyage

Pour le démontage du vitrail (le déplombage) l’usage de gants et d’un masque est fortement conseillé. L’utilisation du masque évitera de respirer les particules de plombs oxydés, les saletés et les poussières accumulées durant plus d’un siècle. Les gants protègeront les mains des verres brisés ou cassés.


Le démontage du vitrail (déplombage)


Ensuite, les pièces de verre sont soigneusement plongées dans un bain d’eau déminéralisée et nettoyées doucement avec une simple éponge.


La découpe des verres et les peintures

Les pièces manquantes sont ensuite découpées dans des verres de même couleur. Sur mon tracé, je positionne ainsi au fur et à mesure les verres. Pour varier un peu les plaisirs, j’alterne avec des séances de peinture sur verre. Je dois reproduire à l’identique les nombreux motifs en ‘cage à mouche’, un style de peintures représentant des feuilles d’acanthe sur un fond quadrillé par des traits fins.

Le travail de peinture sur verre

Le sertissage et le masticage

Lorsque les pièces de verre sont au complet, j’ai réalisé le montage puis le masticage du panneau. Il a séché environ 2 semaines avant d’être définitivement installé.

Le sertissage du panneau

Dernière étape : la pose

La pose a été aussi délicate à réaliser que la dépose : avec l’aide de David, mon frère, il nous a fallu monter le panneau tout en haut de l’échafaudage sans casser aucune pièce.

Mise en place des vergettes


Le vitrail posé dans son emplacement, j’ai replacé les vergettes (des tiges métalliques fixées à l’horizontale contre le vitrail qui renforcent sa solidité face au vent et évitent son affaissement), j’ai enfin scellé le panneau en appliquant à la truelle solins et calfeutrements.

Scellement du vitrail dans la feuillure

Fin du chantier!

Après le nettoyage du panneau, le vitrail est posé et mon travail… terminé! Et si aucun événement qui viendrait à détériorer ce vitrail ne se produit avant, la prochaine fois que ce panneau sera touché par la main de l’homme (dans 70 ans ou plus), je serai encore plus haut dans les nuages :)

Résultat final : le panneau droit est restauré!

Posts récents

Rechercher par tags

  • Facebook l'Artisan du Vitrail
  • Instgram l'Artisan du Vitrail
  • Youtube l'Artisan du Vitrail
  • Houzz l'Artisan du Vitrail
  • Pnterest l'Artisan du Vitrail

L'Artisan du Vitrail - Tours | pascal@lartisanduvitrail.com | Tél. : 09 51 14 14 20 | Mentions légales | Tous droits réservés © 2020